Milan

 

Prière publique sur la Place de la Cathédrale Duomo

Date : 03/01/09
Lieu : Milan/Place du Dôme

Evénement : Suite à une manifestation Pro-Gaza, des milliers de manifestants, comme d’ habitude dans ces occasions, rejoindre la place principale de la ville (place du Dôme) pour le rassemblement final. La manifestation se divise en deux lorsque certains participants (apparemment des immigrés arabo-musulmans) brulent des drapeaux israéliens, montrent des pancartes qui font l’équation Israël = nazisme, ou, encore, crient « mort aux israéliens ». Les jeunes du GMI condamnent ces comportements en se détachant sensiblement du cortège. (Auparavant, le 5 mars 1994, deux cent  musulmans terminent une manifestation qui sensibilise au massacre dans la mosquée d’Hebron, pour le peuple palestiniens et les musulmans en Bosnie (Srebrenica).  L’évènement n’ouvre pas à une controverse ni a un débat public).

Plusieurs groupes de gauche et d’extrême-gauche sont présent à la manifestation, ainsi que de collectifs pro-Palestine ou des simples collectifs étudiants.

Une fois arrivés sur la Place du Dôme, les musulmans présents décident, le moment de la prière du maghrib arrivée (17h30-18h environ), de prier ensemble et de faire doha pour les habitants de Gaza.

La police n’interviendra pas ; les photographes et journalistes immortaliseront le moment [photos]; les autres manifestants formeront un cordon de curieux ou bien quitteront la place.

Les jours suivants les politiques, les intellectuelles, les clergés, les syndicats et polémistes divers s’exprimeront sur le sujet en soulignant la particularité historique, culturelle et religieuse du lieu. Quelques jours après, les représentants de la communauté musulmane milanaise s’excuseront officiellement auprès du diocèse milanais. Malgré ce dernier déclarera l’affaire « clos », une instrumentalisation politique continuera à pointé du doigt la communauté musulmane.

La controverse de la prière devant le Dôme s’inscrit dans un contexte polémique autour de la question du droit aux lieux de culte pour les musulmans (ex. Viale Jenner : interdiction en juillet 2008 d’ouvrir le vendredi à fin d’empêcher l’occupation des trottoirs par les fidèles en prière : à Milan et un peu partout en Italie (ex. « no à la mosquée de Bologne, Trévise, Lodi, Gênes). Le mois précédant l’événement, Mario Borghezio (Ligue du Nord) salira sur le Dôme avec une banderole pour « crier » son Non aux mosquées et à « l’invasion islamique en Italie et en Europe ».