Sarajévo

Construction d’une nouvelle mosquée dans un quartier « laïc » d’une ville jadis multiethniques et multi-religieuses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mosquée Ciglane : un véritable besoin ou le symptôme d’une « muslimania » ?

Date : 28 mars 2008
Lieu : Sarajevo
Evénement :Le Rijaset (le directorat des affaires religieuses – l’équivalent du Diyanet en Turquie) met la première pierre à la construction d’une nouvelle mosquée à Ciglane, un quartier dit « laïc/élite » de Sarajevo, où avant la guerre il n’existait pas de lieux de culte pour aucune des trois religions. La mosquée est en train d’être construite à côté du Théâtre national, sur le terrain d’un parc public. (Un lieu chargé de symboles, comme la place de Taksim à Istanbul où se trouve également l’AKM, le Centre Culturel Atatürk). La construction est financée entièrement par une famille riche du quartier, la famille Merhemić, et les habitants du quartier. Cette construction suscite un vif débat, qui continue à l’heure actuelle, entre les journalistes et intellectuels séculiers, musulmans et non-musulmans, d’un côté, et les religieux de l’autre. Pour les séculiers, ce projet est un des derniers symptômes d’une « muslimania » qui menace le caractère cosmopolite, multiethnique et multi-religieux de la ville. Alors que pour le Rijaset et les habitants religieux du quartier, il y a un véritable besoin pour une nouvelle mosquée dans ce quartier qui était habité, avant la guerre, majoritairement par des élites politiques et des hauts fonctionnaires du parti communiste (Serbes, Croates et Bosniaques confondus) mais dont la démographie après la guerre a radicalement changé à cause des échanges de populations. Actuellement la majorité de ses 15 000 habitants sont musulmans religieux. 

La guerre médiatique continue jusqu’aujourd’hui, principalement entre le journal de gauche, Oslobodjenje (Libération) et le journal islamiste, Preporod (Renaissance).

 

Ce sujet est débattu en relation avec deux autres sujets sensibles, pour la société bosnienne en général et pour les Sarajéviens en particulier : les projets, réalisés ou pas, de construction d’énormes croix sur les collines, et de reconstruction des milliers des mosquées détruites pendant la guerre.

 

En même temps que l’annonce de la construction de la Mosquée Ciglane, l’association des victimes serbes de la guerre propose de construire une  gigantesque croix (2,500 mètres) sur la colline de Trebević qui domine Sarajevo, où les artilleries serbes ont bombardé Sarajevo pendant la guerre de 1992-96.

 

La reconstruction des mosquées détruites pendant la guerre révèle un problème de définition de l’islam et de la tradition islamique. Des fonds viennent souvent des organisations humanitaires des pays du Moyen-Orient ou du Golfe, qui sont accusés d’imposer leur propre islam et leurs propres traditions culturelles aux autochtones et à la tradition architecturale locale.

 

En corrélation avec ce sujet, la destruction des mosquées – « warchitecture » ou « génocide culturel », comme l’appelle les architectes bosniens – est également très importante dans ce débat pour comprendre la signification du patrimoine en tant que « patrie culturelle », aussi bien dans sa relation avec l’identité nationale que dans son pouvoir de mobiliser les émotions.