Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

Voile et la scène publique : Ilham et Diam’s

Date : 2 février 2010
Lieu : Vaucluse, Paris, France.

Événement : le quotidien Le Figaro fait éco de la candidature d’une fille voilée dans la liste du Vaucluse de l’NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) pour les élections régionales. Il s’agit d’Ilham Moussaïd, une fille d’origine marocaine de 22 ans, étudiante en BTS d’assistante de gestion. Elle a connu le NPA lorsqu’elle militait au sein d’un Collectif contre l’occupation de Gaza. Elle occupe le poste trésorière départementale du NPA Vaucluse. Face aux critiques partagées entre partis de droite et gauche (seul les Verts expriment une neutralité), le leader du NPA Besancenot essaye de défendre la candidature de la jeune fille, pour ensuite « capituler face à l’opposition d’une minorité du parti du NPA local du Vaucluse qui juge cette candidature en contradiction avec les orientations du parti.

Cette controverse sera abordé immédiatement, en considération de la date de l’EPE (13 février) pendant que la controverse se repends. Au départ notre recherche s’orientait vers la controverse autour du voile de la rappeuse Diam’s. La proposition de loi interdisant le voile intégral et le débat sur l’identité nationale (conclu le 21 février 2010) sont le cadre dans lequel cette controverse est discutée.

 Dans la suite des évènements, les 18 février 2010 une association baptisée « Association de solidarité avec les femmes arabes » a déposé un recours en référé devant le tribunal administratif (TA) de Marseille. Selon l’avocat de l’association, Me Philippe Vouland, sa candidature porte atteinte à « deux principes fondamentaux de la République : l’égalité et la liberté de conscience ». Le recours a été rejeté le 23 février 2010.

Le 18 février 2011 Ihlam Mossaïd (après avoir quitté le NPA) annonce la formation d’un nouveau parti qui se porte candidat dans les élections locales.