Istanbul

Photo par Zehra Cunillera

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mosquée féminine ou mosquée jetset ? 

Date : La construction de la mosquée a commencé en 2005 et terminée en mai 2009. L’inauguration a eu lieu le 08 mai 2009.
Lieu : Istanbul, Karacaahmet

Événement : Les trois enfants d’une richissime famille turco-saoudienne installée en Angleterre voulurent faire construire une mosquée pour la mémoire de leur mère, une femme turque qui s’appelait Semiha Şakir et qui était décédée en 1998. La famille Şakir était déjà connue pour leurs projets caritatifs. Ils avaient construit des écoles, hôpitaux, et maisons de retraite en Turquie. Cette fois-ci, ils voulurent faire construire une mosquée et la donner au Présidium des Affaires Religieuses et au peuple turc. Ils veulent la baptiser « Shakirin », un jeu de mots avec leur nom de famille et le mot arabe qui veut dire «les reconnaissantes » (Müteşekkir en turc). Le projet a été conféré à Zeynep Fadıllıoğlu, designer d’intérieur turque mondialement reconnue, qui est aussi leur cousine. Zeynep Fadıllıoğlu à son tour a confié la construction extérieure à un architecte turc, Hüsrev Tayla, connu pour ses constructions de mosquée en Turquie, (la plus connue étant Kocatepe Camii à Ankara). Apparemment, M Tayla était tellement heureux et honoré par cette offre qu’il a signé le contrat sans l’avoir lu attentivement, et ne savait pas que l’intérieur de la mosquée serait fait par Zeynep Fadıllıoğlu. Quand il s’en est rendu compte, M Tayla quitta le projet. La famille Şakir et la designer Fadıllıoğlu ont voulut faire une mosquée moderne et innovatrice fusionnant les traits futuristique et l’art traditionnel, avec un musée dans sa cour, pour mettre l’accent sur l’aspect esthétique et culturel de ce lieu de culte. En outre, Mme Fadıllıoğlu déclare qu’elle a taché d’apporter des traits particulièrement féminins avec le mihrab en forme de coquillage et la partie réservée aux femmes plus spacieux, esthétique et moins isolée qui donnerait l’exemple.   La mosquée Şakirin, considérée comme la première mosquée construite par une femme dans l’histoire de l’Islam, suscite beaucoup d’intérêts dans les médias occidentaux et turcs. Les remarques sont souvent flatteuses, mais il y a aussi des critiques par rapports à la compatibilité de la mosquée aux normes religieuse ou des traditions classiques de l’architecture des maisons de Dieu. Les cercles islamiques expriment leur joie et contentement au sujet de la construction de la mosquée « la plus moderne du monde de l’islam » (İslam âleminin en modern camii). Selon les dires de Mme Fadıllıoğlu, ses amis laïcs l’ont accusé de vendre ses idéaux laïques et républicains en construisant une mosquée au lieu d’une école. D’ailleurs, après l’inauguration de la mosquée, l’architecte de l’extérieure, M Tayla, a publiquement critiqué le système acoustique de la mosquée, et les murs en verres qui, selon lui, ne sont pas compatible avec l’islam parce qu’ils peuvent déconcentrer les gens qui prient. D’ailleurs, selon le journaliste de Taraf (un journal quotidien de gauche), certains usagers de la mosquée l’appellent comme « Club de Prière » (« Club Beş Vakit), évoquant le fait que Zeynep Fadıllıoğlu est connue pour les designs et constructions des boîtes de nuits et brasseries chics à Istanbul, à Londres et ailleurs dans le monde. La mosquée et sa designer sont devenues un « événement » européen lorsque des articles intitulés « Istanbul Skyline Gets a Feminin Touch » (BBC Online, 29 novembre 2008) ou « Mosquée féminine » (Le Monde, 6 janvier 2009) apparurent dans les journaux européens.