Cordoue

Prière publique devant la cathédrale/mosquée de Cordoue : partage d’un espace religieux et d’un patrimoine historique

Photo par Francesca di Micheli

 

Date : Avril 2004 jusqu’à nos jours
Lieu :Cathédrale de Cordoue, ancienne mosquée médiévale.Il est significatif que ce débat se déroule à Cordoue, centre historique et contemporain de l’Espagne musulmane et théâtre de la Reconquista.

Le 29 avril 2004 Mansur Escudero, Président de la Junta Islamica, annonce avoir envoyé au Saint-Siège une demande pour que la cathédrale de Cordoue devienne la première église au monde où les chrétiens et les musulmans puissent prier ensemble.

La requête a ensuite été rejetée par le Conseil pontifical qui a préféré laisser la décision aux autorités ecclésiastiques de Cordoue. Selon Mgr Michael L. Fitzgerald, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux : « Une cathédrale catholique n’est pas un lieu de prière interreligieux comme une chapelle d’aéroport », et encore, « Si j’entre dans une mosquée, je ne me permettrais pas de faire le signe de croix » (agence de presse AsiaNews, le 29 avril 2004).

Les attentats du 11 mars 2004 à Madrid sont venus modérer les positions des uns et des autres. Ainsi Rosa Aguilar, maire de Cordoue, après un premier clair soutien à la demande musulmane, a affirmé que les temps n’étaient pas de plus propices pour ce débat.

2006 : Une deuxième lettre avait été adressée  au premier ministre Zapatero pour lui suggérer  « une transformation œcuménique » pas seulement de la mezquita, mais aussi de Sainte Sophie à Istanbul, fermé à toutes religions.

Mansur Escudero a précisé au pape que son objectif n’était pas de « s’approprier ce lieu bénit, mais d’y favoriser, avec vous et d’autres confessions, un espace œcuménique singulier et unique au monde ». Mansur Escudero, a aussi indiqué, dans un entretien au quotidien ABC, que cette démarche ne visait pas à « revendiquer le passé » ni « récupérer » ce lieu singulier.

L’évêque de Cordoue a rejeté cette demande. Pour eux, la Mosquée-Cathédrale Sainte Marie une église catholique et ne peut être partagée, car les chrétiens et les musulmans ont peu de patrimoine commun ; -il n’est pas possible de créer un lieu de culte commun, puisque les musulmans « ne partagent pas la même conception du Dieu chrétien qui est un et trine » .

En réponse à ce refus, le 8 décembre  2006 Mansour Escudero a prié devant la Mezquita de Cordoue.

Le même groupe de musulmans, dirigé par Mansur Escudero avait aussi écrit une lettre au premier ministre socialiste espagnol, José Luis Rodríguez Zapotero. Dans cette lettre, ils  avaient déclaré: «Ce que nous voulions, ce n’était d’occuper ce lieu saint, mais de créer en lui, avec vous et les autres religions, un espace œcuménique unique au monde qui aurait été d’une grande importance pour ramener la paix à l’humanité. Nous (les musulmans d’Espagne) souhaite partager avec vous (la communauté catholique), une prière, qui pourraient servir à éveiller la conscience des chrétiens et des musulmans et de prouver qu’il est possible d’enterrer les confrontations passées.  » (http://islam-watch.org/AdrianMorgan/Muslim_Commandeer_Spain_Cathedral.htm) .

La polémique a été relancée au mois de mars 2009, lors d’une rencontre sur le thème de la formation des prêtres et des imams, organisée par le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et la World Islamic Call Society.  A la fin du congrès Mgr Fitzgerald,   leur fit savoir que « l’usage d’une cathédrale était de la responsabilité de l’évêque du lieu ». « 

La controverse est actuellement au point mort. L’évêque demeure discret et désire laisser faire le temps pour apaiser les esprits. Toutefois, afin d’éviter tout incident, les entrées de la cathédrale sont maintenant surveillées.