Amsterdam

 

 

 

 

 

Sacré-blasphème : arrestation du caricaturiste Gregorius Nekschot

En prennent comme point d’entrée un micro événement, l’arrestation de Gregorius Nekschot, un caricaturiste qui cache son identité avec une pseudonyme par peur, supposée ou réelle de se faire attaquée par les islamistes, nous étudions la question de la liberté d’expression versus le sacré.

Date : 13 mai 2008
Lieu : Amsterdam

Événement : En 2005 un imam converti, Abdul Jabbar Van de Ven porte plainte contre le caricaturiste, Gregorius Nekschot,[1] à cause de ses dessins « blasphématoires » publiés dans son site internet http://www.gregoriusnekschot.nl. Depuis 2005 jusqu’en 2008, la police de la discrimination reçoit une dizaine des plaintes.

La police met trois ans avant de découvrir sa véritable identité en suivant la personne qui versait chaque mois une somme pour l’hébergement dudit site internet. Gregorius Nekschot, accusé de discrimination et d’incitation à la haine, est mis en garde à vue pendant 30 heures, et ensuite il est libéré. La police confisque son ordinateur et ses clés USB comme preuves. Le parquet général d’Amsterdam (Openbaar Ministerie) déclare que les huit caricatures de l’auteur sont répréhensibles et discriminatoires, qu’elles incitent à la haine ou la violence envers les Musulmans et d’autres communautés minoritaires aux Pays-Bas, et elles doivent être retirés de l’Internet. Donc, pour les autorités judicaires hollandaises il ne s’agit pas seulement d’insulte et/ou de discrimination envers les Musulmans mais aussi envers les Noirs ; pourtant dans tous les médias l’affaire est toujours discutée par rapport à l’islam, et le caricaturiste lui-même semble vouloir islamiser l’affaire en mettant l’accent sur « les empiétements faits par des Musulmans sur la liberté d’expression » et en portant la burqa pendant ses apparitions publiques, officiellement pour cacher son identité et donc pour des raisons de sécurité. (Free Press Society, Copenhague, 3 février 2009 et Pauw & Witteman Show, 20 février 2009).

Après son arrestation, tous les principaux médias soutiennent Nekschot en publiant ses caricatures incriminées. Le parti travailliste PvdA comdamne immédiatement l’arrestation dans le journal Volkskrant.

Hans Teeuwen, un artiste de stand-up et ami à la fois de Theo van Gogh et de Gregorius Nekschot, le soutient également dans des émissions télévisées, des sites internets et des journaux.

Nahed Selim, intellectuelle néerlandaise d’origine egyptienne, auteur du livre « Allah n’aime pas les femmes », défende Nekschot dans le journal Trouw en affirmant que « les lois anti-discrimination sont devenus discriminatoires elles-mêmes, permettant uniquement aux religieux de parler en toute liberté ».


[1] Ceci est un pseudonyme pour cacher son identité. Selon les journalistes européens qui ont commenté cet événement, le prénom rappelle Grégoire IX, le pape qui instaura l’Inquisition  et dont le nom signifie balle dans la nuque, une méthode utilisée, selon le caricaturiste, par les fascistes et les communistes pour se débarrasser de leurs opposants.